Elle a dû s’éloigner de sa sœur complotiste quelques mois avant sa mort

En plus d’éloigner physiquement les familles, la pandémie en a aussi déchiré plusieurs en raison de propos complotistes et conspirationnistes sur la COVID-19, comme ce fut le cas pour Monic Beaudoin et sa sœur Gisèle.

Monic Beaudoin, dont la sœur Gisèle est morte de cette terrible maladie samedi, en a témoigné lundi à l’émission 100% Nouvelles sur LCN.

«Elle était très très complotiste, elle ne croyait pas du tout à la COVID. Quand le virus l’a frappée, ç’a été une autre chose. Elle a compris qu’il était trop tard», a raconté Mme Beaudoin.

Bombardée par sa sœur qui lui envoyait régulièrement des vidéos complotistes, elle a choisi de s’éloigner d’elle.

«Il n’y avait rien à faire. Elle se nourrissait constamment des vidéos qu’il y avait sur internet. Elle nous en envoyait. Moi, j’ai comme arrêté un peu de me rapprocher d’elle, depuis trois mois environ. Je n’étais plus capable d’être immergée dans le négatif et de choses qui n’ont pas rapport», a expliqué Monic Beaudoin en parlant de sa sœur Gisèle.

Foudroyée en cinq jours

Même si elle était en forme et qu’elle prenait soin d’elle, Gisèle Beaudoin a été foudroyée par la maladie en seulement cinq jours. Elle est décédée samedi, le jour même d’une importante manifestation contre les mesures sanitaires qui se déroulait à Montréal et à laquelle elle aurait pu participer.PHOTO TIRÉE DE FACEBOOKGisèle Beaudoin, une chanteuse country de 70 ans, est décédée de la COVID-19 samedi. Sur cette photo, la femme de Drummondville est accompagnée de son mari, Bertrand Bibeau, lors d’un voyage à Punta Cana, en République dominicaine, en 2019.

Malgré ses croyances complotistes, sa propre sœur l’a pourtant avertie des dangers de ne pas se faire vacciner.

«C’était une grande croyante. Je lui avais mentionné que je pensais que c’était un suicide si elle tombait malade. [Dans la religion], on n’a pas le droit de s’enlever la vie», s’est remémorée Mme Beaudoin.

N’empêche, sa sœur était si convaincue qu’elle avait aussi converti son mari à ses idées. Si celui-ci avait pris deux fois rendez-vous pour la vaccination, il avait rebroussé chemin.

Elle se repentit

C’est sur son lit de mort que sa sœur a tenu à se repentir, d’une certaine manière, lorsqu’elle a compris qu’elle s’était trompée.

«Elle m’a écrit: “Je t’aime, ma sœur. Va te faire vacciner, je t’en supplie”. Elle a demandé à son mari, Bertrand, de se faire vacciner avant de mourir, et il a accepté.»

Son conjoint a également eu la COVID-19, mais il n’a eu que des douleurs aux jambes sans en être très malade, contrairement à son épouse.

Gisèle Beaudoin a également laissé un long message sur sa page Facebook invitant les gens à se faire vacciner.

Monic Beaudoin donne des entrevues et a accepté de parler de cette épreuve difficile, parce qu’elle est convaincue que c’est ce qu’aurait voulu sa sœur, avertir la population du sérieux de cette maladie.