un-infirmier-en-premiere-ligne-dans-la-lutte-contre-le-coronavirus-a-ete-retrouve-mort-dans-sa-voiture

Image : elnacional

Depuis l’émergence du nouveau coronavirus, le monde entier a connu une crise sanitaire sans précédent. Parti de Chine, le virus s’est propagé dans les cinq continents. Mais alors que plusieurs pays ont adopté des mesures de confinement pour protéger leur population du Covid-19, nos héros en blouses blanches continuaient d’assurer leurs fonctions depuis le début de l’épidémie. Médecins, infirmiers, aides-soignants ou encore techniciens de santé partent au front tous les jours pour lutter contre cette maladie pernicieuse. Dans un témoignage déchirant relayé par Reuters, un infirmier a été retrouvé mort dans sa voiture dans un parking d’hôtel.

Durant cette guerre inattendue que mène la planète contre cet ennemi invisible qu’est le coronavirus, le personnel soignant se bat sans relâche pour accompagner les patients atteints de la maladie. L’affût de patients dans certains hôpitaux plonge le corps médical dans un stress et une panique considérable.

William Coddington, le corps d’un infirmier dévoué à sa fonction a été retrouvé sans vie dans une voiture. Une histoire tragique qui relate la situation que vivent de nombreux soignants pendant cette pandémie.

Une guerre infaillible contre le coronavirus

William Coddington a toujours eu la main sur le coeur et voulait se sentir utile dans sa vie de tous les jours. L’homme de 32 ans, qui rêvait de devenir infirmier, a pu accéder à ce poste en 2018. Pourtant, William n’a pas eu un passé facile puisqu’il est passé par une phase d’addiction aux produits psychotropes mais a décidé de se battre et d’aller de l’avant.

william-coddington
nydailynews

Si le jeune homme a pu donner un sens à sa vie en devenant infirmier, les choses se sont compliquées lorsque la pandémie de Covid-19 s’est déclarée. Extrêmement sensible, William a dû faire face à un déferlement de patients atteints de cette maladie insidieuse. Il a vu des malades de son âge succomber à leur état. Rapidement, l’homme a pris peur et s’est noyé dans un état d’anxiété invraisemblable.

william-coddington-1
reutersmedia

La pénurie d’équipements destinés au personnel soignant a également accentué le stress qu’il ressentait. Parfois, il lui arrivait de faire des cauchemars pendant lesquels il voyait les sirènes d’alarme des ventilateurs des personnes hospitalisées se déclencher. Le 24 avril au soir, William a confié à son meilleur ami, Robert Marks, que son quotidien était rythmé par une guerre à l’hôpital et un confinement chez lui.

Le lendemain de cette conversation, l’infirmier a été retrouvé sans vie, dans le parking d’un hôtel en Floride. La famille du défunt pense que l’infirmier a fait une overdose en consommant des produits psychotropes. Une enquête est en cours pour déterminer les causes du décès mais le shérif du comté de Broward pense qu’il ne s’agit pas d’un acte criminel.

Comment gérer les effets psychologiques du retour à la vie normale ?

Après avoir été confiné pendant plusieurs semaines, la plupart des personnes font face à une situation de stress quant à la reprise de la vie normale. Certains tentent de restreindre leur contact avec autrui, font preuve d’un jugement spontané et redoutent leur présence dans des espaces fermés. Bruno Vibert, psychothérapeute, donne des conseils pour bien gérer ses peurs pendant cette période cruciale :

  • Considérer cette reprise de l’activité comme une occasion de réaliser une introspection

Cette reprise de la vie normale peut donner lieu à une remise en question. On peut en profiter pour revoir ses priorités, prendre conscience des dysfonctionnements qui persistent dans sa vie et écouter ses besoins intrinsèques.

  • Se fixer de nouveaux objectifs

Cette peur exacerbée n’est que passagère et finira par se résorber tôt ou tard. Se focaliser sur ses projets et ses aspirations permet de trouver la motivation nécessaire pour reprendre sa vie en main.

  • Affronter ses peurs

Toutes les peurs engrangées depuis le début de la crise sont parfaitement légitimes. Il faut apprendre à relativiser et se rassurer au quotidien. Respecter les gestes barrière en veillant à ne pas sombrer dans la psychose permet de s’armer efficacement contre le virus, mais aussi contre les émotions négatives qui peuvent altérer notre quotidien.

  • Mettre en place de nouvelles habitudes

Rester cloîtré chez soi a probablement bouleversé le quotidien de chacun. Mais l’heure est à la reprise de la vie normale et à l’épanouissement personnel. Fixez-vous des rituels qui vous permettent de garder la forme, d’accroître votre bien-être et d’apaiser toutes vos tensions.