Alors qu’un éventuel rebond de l’épidémie inquiète partout en Europe, le président de la République a déclaré exclure toute possibilité d’un reconfinement généralisé en France. Il évoque des “stratégies localisées” et un “reconfinement ciblé”, si la situation l’exige.

Dans une interview accordée à Paris Match ce mercredi 19 août, Emmanuel Macron a évoqué la stratégie de la France face à l’évolution de l’épidémie de coronavirus.

“Ne pas mettre le pays à l’arrêt”

Actuellement en vacances au fort de Brégançon, le président de la République déclare exclure l’idée d’un reconfinement généralisé en raison des “dommages collatéraux considérables” que cela entrainerait.

On ne peut pas mettre le pays à l’arrêt (…) Le risque zéro n’existe jamais dans une société.

À l’image de la Mayenne, Emmanuel Macron évoque plutôt “des stratégies très localisées” pouvant aller jusqu’à un “reconfinement ciblé” si besoin, indiquant par ailleurs comprendre “l’anxiété légitime” des Français.

Il faut répondre à cette anxiété sans tomber dans la doctrine du risque zéro.

L’Europe à l’affût d’un rebond

En France, 3 776 nouveaux cas ont été confirmés ces dernières 24 heures – un chiffre inédit depuis mai – portant le total à 16 000 nouveaux cas hebdomadaires. De quoi pousser certaines villes à imposer le port du masque obligatoire dans la totalité de l’espace public, comme Toulouse ou Nice.

Avec 1 707 nouveaux cas recensés ces dernières 24 heures, l’Allemagne vient elle aussi d’enregistrer un nouveau record depuis avril. Angela Merkel reste cependant prudente face à cette augmentation, liée au retour de vacance des touristes Allemands comme le précise France 24.

La situation semble en revanche plus inquiétante en Espagne avec 6 700 nouveaux cas positifs recensés en 24 heures et un nombre de morts hebdomadaire qui a doublé (131 décès). Rien que dans la région de Madrid, particulièrement touchée, 17 873 nouveaux cas ont ainsi été recensés ces 14 derniers jours.

Comme le rapporte France Info, le directeur de la branche Europe de l’OMS estime néanmoins que le continent est mieux préparé face à un éventuel rebond et peut “gérer le virus et maintenir l’économie et le système éducatif en marche.