Kim Jong-un a rendu illégale la possession d un animal de compagnie.

Depuis le mois de juillet, posséder un animal de compagnie en Corée du Nord est illégal. Les animaux sont donc envoyés dans des zoos d’Etat ou vendus à des restaurants qui cuisinent la viande de chiens.

Pour le dictateur nord-coréen, les chiens de compagnie représentent le symbole d’une «tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise», a rapporté le Dailymail

Selon le journal sud-coréen Chosun Ilbo, cité par le média britannique, les autorités coréennes ont donc identifié «les ménages avec des chiens et les obligent ensuite à les abandonner ou alors les animaux sont confisqués de force pour être abattus».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors d'une réunion d'urgence du bureau politique suite à un premier cas présumé de Covid-19 le 25 juillet 2020 [STR / KCNA VIA KNS/AFP]

Cette décision inquiète les propriétaires des animaux de compagnie. Ils redoutent que ces derniers ne soient utilisés par l’Etat afin de résoudre le problème des pénuries de nourriture en Corée du Nord.

Selon un récent rapport de l’ONU, jusqu’à 60% de la population nord-coréenne fait face à des pénuries alimentaires généralisées. 

En effet, l’Etat asiatique est mis à rude épreuve face aux sanctions internationales imposées contre le régime de Kim Jong-Un et ses programmes de missiles nucléaires. 

Dernièrement, le Cambodge ou encore la ville chinoise de Shenzen ont légiféré contre la consommation de viande de chiens. Pyongyang ne semble pas emprunter le même chemin. La capitale nord-coréenne regorge toujours de restaurants où la viande est la spécialité.