Lorsqu’un enfant porteur de trisomie 21 naît d’un couple, dès le premier jour de son existence, il y a déjà une appréhension pour son avenir. Les parents sont inévitablement inquiets de ce qui se passera lorsqu’ils ne seront plus là.

Que se passe-t-il si c’est la mère et le père qui partagent cette condition et qui ont la responsabilité de s’occuper d’un enfant ? Le débat sur cette question est assez complexe.

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=938063959606993&id=111884258891638

Lisa et Nick sont deux jeunes gens porteurs de trisomie 21 qui sont devenus les parents d’un enfant merveilleux, avec le même syndrome. Selon les statistiques, les personnes nées avec cette anomalie chromosomique ont entre 70 et 80 % de chances d’être stériles.

Si elles sont capables de concevoir, il y a un fort risque que les parents transmettent la même condition à leur progéniture. En outre, il existe également un risque élevé pour la mère et le bébé en raison des complications fréquentes pendant la grossesse.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1367709936576393&set=a.107453819268684&type=3

La mère de Lisa, Patty, est maintenant grand-mère, mais son rôle dans l’éducation du bébé est très semblable à celui d’une mère. Cependant, elle a toujours choisi de soutenir la décision de sa fille de mener une vie indépendante, malgré toutes les difficultés objectives.

Bien que l’existence du couple reste une affaire absolument privée, l’histoire a suscité de nombreuses discussions au sein de toute la communauté. Le nœud tient dans le poids éthique d’un comportement qui influence une nouvelle vie.

https://www.facebook.com/patti.white.50/posts/2858022397545132

Lorsque le sort d’un autre individu entre en jeu, il est difficile d’établir les limites et les droits entre “volonté” et “pouvoir”. Certains parlent d’un acte d’égoïsme et d’autres d’un acte d’amour. Nous ne pouvons en tout cas que souhaiter le meilleur à Nick et Lisa.

Il n’est pas facile de juger si leur action est le fruit du courage ou de l’inconscience, si elle était bonne ou mauvaise. Comme tant d’épisodes qui ont représenté des tournants dans l’émancipation de l’homme, celui-ci doit lui aussi être confié à la conscience de l’histoire.