Est-ce que notre groupe sanguin peut influer sur notre degré de vulnérabilité face au nouveau coronavirus (SRAS-CoV-2) plus communément connu sous le doux sobriquet de coronavirus (Covid-19) ? L’hypothèse qui a longtemps taraudé les esprits semble avoir été décryptée par la société de biotechnologie américaine 23andMeEn effet, ses scientifiques affirment, sur la base de données préliminaires d’une étude génétique sur le coronavirusque les personnes les plus susceptibles de contracter le Covid-19 appartiennent au groupe AB et seraient « les plus à risque ».

Si cela peut consoler quelque part, c’est le moins répandu et il ne concernerait en tout et pour tout que seulement 4% de la population mondiale. L’étude génétique effectuée par la société de biotechnologie américaine 23andMe, semblent apporter des preuves d’une corrélation entre la maladie et le groupe sanguin d’une personne, déterminé par le système ABO (quatre groupes sanguins possibles : A, B, O et AB). La société de tests génétiques 23andMe a déclaré avoir rassemblé des preuves préliminaires démontrant que les personnes de groupe sanguin O seraient moins susceptibles de contracter le coronavirus.

En effet, dans un article qu’elle a publié, la société dévoile que les premières données d’une recherche qu’elle menait sur le virus indiquent que les personnes de type O étaient 9 à 18% moins susceptibles d’avoir été testées positives au Covid-19. Au contraire, les personnes de groupe sanguin AB étaient plus susceptibles d’avoir contracté le virus. L’étude a été lancée le 6 avril sur plus de 750.000 participants dont 10.000 avait été hospitalisés et à qui avait été diagnostiqué au coronavirus (Covid-19). Les investigations ont été restreintes aux personnes présentant une forte probabilité d’exposition, notamment aux professionnels de la santé et à celles en contact étroit avec les malades.

Ajustés à l’âge, au sexe, à l’indice de masse corporelle, à l’origine ethnique et aux comorbidités, ces résultats suggèrent que le groupe sanguin O semble plus protecteur contre le virus comparativement à tous les autres. En revanche, les groupes B et AB semblent particulièrement vulnérables, avec 1,5% de personnes positives au Covid-19. Le chiffre est de 1,4% pour les personnes du groupe A et de 1,3% pour celles du groupe O. Les différences selon le rhésus (groupe sanguin + ou -) ne sont par contre pas significatives. Une contamination par le coronavirus ont été constatée pour 4,1% des personnes du groupe AB, 4% du groupe B, 3,9% du groupe A et 3,2% du groupe O.

Dans l’ensemble de la population, les personnes du groupe sanguin O étaient 9% à 18% moins susceptibles de présenter un résultat positif au Covid-19 par rapport aux autres groupes. Pour ce qui est des personnes exposées, le groupe sanguin O était de 13% à 26% moins susceptible d’être positif. Les auteurs de l’étude ajoutent toutefois qu’ils n’ont pas encore terminé l’examen des données génétiques.

Bien que ces résultats soient préliminaires donc, 23andMe affirme que l’étude semble avoir encouragé d’autres recherches récentes sur les liens potentiels entre le groupe sanguin et la probabilité qu’une personne puisse attraper la maladie. Des scientifiques chinois suggéraient à la mi-mars, sur la base de l’examen des données de trois hôpitaux de Wuhan et Shenzhen, que ce sont les personnes au groupe sanguin A qui étaient les plus susceptibles d’être contaminées et d’avoir des symptômes plus graves que les autres. Une étude italo-espagnole récemment publiée rejoignait 23andMe en indiquant également que les personnes du groupe O étaient moins sensibles aux maladies graves tandis que celles du groupe A étaient plus à risque.