Faut-il craindre une seconde vague du virus ? Interrogé par la presse régionale, le chef de l’Etat rappelle que “nous ne sommes pas sortis de la crise sanitaire” et qu'”il ne faut rien exclure” pour les prochains mois.

Reconfinement général : pour Macron, "il ne faut rien exclure"

 1 – Coronavirus : quel scénario en cas de seconde vague ?  2 – Coronavirus : Emmanuel Macron parle d’un “reconfinement général”  3 – Coronavirus : une seconde vague “tout à fait probable” 

Faut-il craindre un reconfinement à la rentrée ? Après deux mois sous cloche, la France a entamé son déconfinement le 11 mai dernier, mais vient seulement de retrouver un rythme presque normal avec la réouverture de la grande majorité des commerces et des lieux accueillant du public. A la veille des vacances d’été, la crise du coronavirus Covid-19 semble loin derrière les Français, qui profitent de nouveau de moments en famille, entre amis, de sorties au cinéma et de promenades dans les centres commerciaux. Pourtant, le virus circule toujours et l’Hexagone est sous étroite surveillance depuis bientôt deux mois.

Coronavirus : quel scénario en cas de seconde vague ?

Alors que l’état d’urgence sanitaire doit être levé progressivement à partir du samedi 11 juillet, beaucoup se demandent si le pire ne sera pas à venir en septembre, lors de la rentrée scolaire. Ces dernières semaines, l’exécutif tout comme les autorités sanitaires ont cherché à rassurer, expliquant que l’apparition de nombreux clusters était “une bonne chose”. Dans un avis transmis au pouvoir public au début du mois de juin, le Conseil scientifique a écarté un deuxième reconfinement total, même en cas de seconde vague du virus. Interrogé par  Le Parisien, son président, Jean-François Delfraissy, a précisé : “Quoi qu’il arrive, on ne pourra pas refaire un confinement généralisé en France (…) La première fois, il était indispensable, on n’avait pas le choix, mais le prix à payer est trop lourd”.

L’un des scénarios envisagés est donc la mise en place d’un reconfinement local, au niveau des départements ou même des villes. Si cette perspective a de quoi rassurer les Français les plus inquiets quant aux prochains mois, il n’est pas celui envisagé par Emmanuel Macron. Faut-il s’inquiéter de la dernière annonce du chef de l’Etat ? Explications.